audopale

forum des habitants et des amoureux de l'audomarois


    la bataille de Renty

    Partagez
    avatar
    Audopale
    Admin

    Messages : 70
    Date d'inscription : 01/06/2009

    la bataille de Renty

    Message par Audopale le Mer 10 Juin - 14:59

    La bataille de Renty opposa les français de Henri II aux espagnols de Charles Quint le 13 août 1554.

    En juin 1554, Montmorency reprend le projet d'une marche sur Bruxelles.
    Coligny prend Dinant, mais doit se replier devant l'armée impériale vers Cambrai, Calais, Boulogne et enfin Renty avec son château aux mains des troupes impériales espagnoles de Charles Quint.

    De part et d'autre, les effectifs sont importants : plus de 30 000 hommes
    La guerre continuait, mais faiblement soutenue par les deux monarques , dont le trésor était également épuisé. Charles-Quint manœuvrait avec 8 000 hommes le long de sa frontière des Pays-Bas, couvrant ses places les unes après les autres. Henri II, de son côté, suivait une marche parallèle à celle de l'empereur, se jetant sur toutes les villes qu'il pouvait surprendre, et mettant une triste gloire à “laisser toujours après lui, pour ses brisées, feux , flammes , fumées et toute calamité.”
    L'armée française avait ainsi marqué son passage depuis la frontière du pays de Liège jusqu'au cœur de l'Artois lorsqu'elle arriva devant Renty
    L'empereur, retranché dans ses positions, demeura d'abord spectateur immobile de ce siège ; “mais à la fin le regret et honte qu'il avoit de laisser ainsi destruire et ruiner son pais, et devant ses yeux prendre et forcer cette place, se mêlèrent tellement ensemble que, se fesant ennemy de sa peur, résolut tenter fortune et faire tous ses efforts, quoi qu'il en peust advenir, pour la secourir et garder.”
    II fit donc un mouvement en avant pour s'emparer d'un petit bois qu'occupaient les Français, et d'où il se flattait de détruire les batteries qu'ils dirigeaient contre la place. La cavalerie légère du duc de Savoie, et les reîtres du comte Volrad de Schwartzemberg, “ tous noirs comme beaux diables, afin de mieux intimider l'ennemi” donnèrent dans le bois avec une telle impétuosité, qu'en un moment les arquebusiers français en furent délogés, et la gendarmerie qui les soutenait dispersée ou coucbée par terre. Mais le duc de Guise , avec le sire de Tavannes, rallie sur-le-champ les fuyards, appelleà lui la cavalerie légère du duc d'Aumale, et, chargeant à son tour les impériaux, rejette leurs pistoliers en désordre sur le bataillon de leurs lansquenets qui les débandent.

    Au même moment le duc de Nevers, avec son régiment, s'était jeté «au travers de l'arquebuserie espagnole qu'il avait toute renversée et mise à vau de route. » On ne laissa pas aux impériaux le temps de se rallier.

    L'amiral de Coligny, habile à saisir l'instant décisif, lance à leur poursuite une partie de sa troupe, pendant que Tavannes, à la tête de ses gendarmes, achevait, comme il avait commencé, la victoire. Henri II récompensa la vaillance de Tavannes sur le champ de bataille même, en détachant de son cou le collier de son ordre pour l'en décorer. Le combat de Renty coûta près de deux mille hommes à l'armée espagnole.

    Une plaque commémorative de la bataille est située dans l'église.

      La date/heure actuelle est Lun 21 Mai - 16:43